Montesquiou.info

Les rencontres de la Garenne 2011


Le reportage en photos des rencontres de la Garenne 2011




Est-il encore possible aujourd’hui, et pour combien de temps encore, de parler d’activités culturelles et de culture en général ? Il me semble que la logique de plus en plus poussée de la vitesse et du bénéfice, qui s’exprime dans la lutte pour le profit maximum en un minimum de temps (…) est inconciliable avec l’idée de culture. Pierre Bourdieu 8-12-1999

Marque page 2011
A l’heure où la crise du capitalisme, sa financiarisation, menace les fondements même de nos sociétés, jamais les mots de Pierre Bourdieu, ne furent plus présents à tous ceux qui considèrent que la culture doit irradier la sphère  publique, qu’elle doit sortir de ses tours  d’ivoire, qu’elle doit jouer un  rôle vital dans nos communautés, dans nos villes et nos villages, aussi ordinaire et extraordinaire, mais aussi nécessaire que les services de santé. Que l’eau que nous buvons, que l’air que nous respirons.

Aussi, le thème abordé lors de ces Rencontres de la Garenne sera, cette année, davantage économique que strictement littéraire. Le contexte nous y engage, nous a-t-il semblé. Réfléchir, se détacher, ne serait-ce qu'un instant, des discours dominants. S'approprier des outils au-delà des agitations idéologiques, dont le seul but est de pérenniser un système qui porte en lui la souffrance et  la ruine des peuples : C'est ce que nous souhaitons.

Ces 10e Rencontres de La Garenne accueilleront Frédéric Lordon, un intellectuel, un économiste hors-cadre - dont le dernier ouvrage est une pièce de théâtre -, au propos discordant dans l’aréopage tout puissant des économistes  libéraux et des médias dominants.
Pédago, caustique et plein d'humour, ses analyses sont des bouffées d'air frais, voire de vital oxygène.

Frédéric Lordon est directeur de recherche au CNRS et chercheur au Centre de sociologie européenne (CSE). Il est signataire du manifeste des Economistes atterrés, ces rares économistes qui refusent de s’asseoir à la table médiatico-oligarchique.


Son positionnement dans le champ des sciences économiques est clairement hétérodoxe. Il fait sienne la formule de Michel Foucault lorsqu'il considère que « la politique est la guerre continuée par d'autres moyens ».

Programme des rencontres de la Garenne 2011

Bibliographie
Les Quadratures de la politique économique, Paris, Albin Michel, 1997
Fonds de pension, piège à cons. Mirage de la démocratie actionnariale, Paris, Liber / Raisons d'agir, 2000
La Politique du capital, Paris, Odile Jacob, 2002
Et la vertu sauvera le monde, Paris, Liber / Raisons d'agir, 2003
L'intérêt souverain : Essai d'anthropologie économique spinoziste, Paris, La Découverte, 2006
Spinoza et les sciences sociales. De l'économie des affects à la puissance de la multitude, en collaboration avec Yves Citton, Paris, Éditions Amsterdam, 2008
Jusqu'à quand ? Pour en finir avec les crises financières, Paris, Editions Raisons d’agir, 2008
Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Presses de la Fondation des Sciences Politiques, Paris, coll. Gouvernances, dir., 339 p. , 2008
La crise de trop - Reconstruction d'un monde failli, Paris, Editions Fayard, 2009.
Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, La fabrique éditions, 2010
D'un retournement l'autre. Comédie sérieuse sur la crise financière. En quatre actes, et en alexandrins, Paris, Seuil, 2011

A consulter une multitude de site sur Google répertoriant nombre de ses interventions.